allomusic.com, streaming

Le label PUR de la HADOPI perd une de ses offres légales, comme allomusic.com. L'avenir devrait promettre d'en faire disparaître d'autres.


Voilà qui devrait faire plaisir à nos amies les Majors : Allomusic.com, le service de streaming qui avait jusqu'ici du mal à se démarquer, va mettre la clé sous la porte. Le site est à l'heure de cet article encore en ligne, mais ça ne va pas durer, tout comme Jiwa, un "concurrent" similaire de streaming musical du "groupe" qui n'a eu de cesse de faire palpiter les pages 404.

Voilà donc un site certifié du Label PUR de la hadpi qui va disparaître, réduisant, si l'on peut dire, l'offre légale. Le piratage va donc être logiquement montré du doigt par les industriels, mais comme je l'écrivais en début de paragraphe, ils vont au contraire s'en lécher les babines. Leur but, est avant tout et au final justement, de ne pas diversifier l'offre légale afin de pouvoir la contrôler et faire grimper encore plus leurs tarifs. Il faut dire que l'accès à leurs catalogues se monnaye cher, et ce sont donc ces Majors qui sont responsables de la diversité de l'offre. D'ailleurs, si vous vous demandiez pourquoi la hadopi a échoué dans sa mission primaire de développer les offres, voilà ici, une réponse plutôt claire : faire de la répression sur les internautes pour les forcer à n'utiliser que deux ou trois services.

Si, il ne tenait qu'à ces Majors, il y aurait donc seulement trois plates-formes : iTunes, Spotify, et éventuellement 7Digital pour ceux qui ne se seraient pas fait embrigader par le modèle Apple. Ces trois offres sont à la fois différentes et complémentaires. Itunes, c'est l'incontournable qui se répand un peu partout sur les gadgets mobiles de luxe. Spotify, c'est une forme bien en place et alternative d'écoute, avec du streaming par réseau social qui est aussi présente sur les mobiles alternatifs et sur l'internet facebookien. Enfin, 7Digital, quant à elle, est là pour garder - temporairement - l'équivalent des boutiques du coin.

"Les Investisseurs Réunis", société soutenue notamment par Patrick Bruel et qui détenait Allomusic avait aussi repris Jiwa, en péril pour des raisons d'étranglements financiers causés par les majors. Sa liquidation judiciaire de la société aura logiquement des conséquences sur cette seconde plate-forme à terme, qui n'innove pas en restant un service similaire. Quant à Deezer, je ne donne pas cher de sa peau dans un avenir peut-être pas si lointin. Il finira vraisemblablement par être racheté par Spotify.

Et après, ça vient pleurer que les pirates pillent la culture, mais à force que l'offre légale s'amenuise, évitant par la même une concurrence innovante dans ce secteur, ce n'est plus vraiment étonnant.


Crédit : Via


Discuter sur le Chat en live et par email ou sur Google+, facebook, SeenThis

Ça pourrait vous intéresser